[Jurisprudence] Salariés détachés : le certificat A1 ne fait pas obstacle à la condamnation pour travail dissimulé et ne s’impose pas au juge national en cas de faux matériel.

[Jurisprudence] Salariés détachés : le certificat A1 ne fait pas obstacle à la condamnation pour travail dissimulé et ne s’impose pas au juge national en cas de faux matériel.

Publié le : 27/06/2022 27 juin juin 06 2022

En cas d’accueil de salariés détachés, les entreprises doivent redoubler de vigilance et s’assurer du respect des conditions légales du détachement.

Cass. crim., 17 mai 2022, n° 21-85.246, Lexbase : A20167XX

Publication LEXBASE - Hebdo édition sociale n°911 du 23 juin 2022 : Droit pénal du travail

par Cécile Cottin-Dusart, Avocate au barreau de Toulouse et associée au sein du département Mobilité internationale et Oréa Richert, élève avocate et juriste au sein du cabinet Vaughan Avocats. 
 
En matière de lutte contre le travail illégal et de dumping social, les institutions de contrôle disposent de pouvoirs exorbitants et d’un véritable arsenal répressif pour lutter contre ces phénomènes menaçant la pérennité du système de sécurité sociale.
Le certificat A1, qui atteste de la législation de sécurité sociale applicable, a longtemps constitué un rempart s’imposant au juge national. Depuis 2018, l’évolution de la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) et de la Cour de cassation (Chambres sociale, civile et criminelle) est venue affaiblir pas à pas sa portée pour permettre en juge national de l’écarter en cas de fraude, sous réserve du respect de la procédure de dialogue instituée par l’Union européenne et de son retrait par l’institution émettrice ou de l’abstention de celle-ci de prendre position.
Dans son arrêt du 17 mai 2022, la Chambre criminelle renforce sa jurisprudence et les principes communautaires en confirmant la possibilité de condamner pour travail dissimulé malgré l’existence d’un certificat A1 mais surtout en jugeant que le certificat peut être écarté même en l’absence de procédure de dialogue, en cas de faux matériel.


Des salariés de trois entreprises portugaises ont été détachés auprès d’une société française pour travailler sur des chantiers en France pour lesquels cette société intervenait en qualité d’entreprise principale. Les salariés n’étaient pas affiliés à la Sécurité sociale mais maintenus sous Sécurité sociale portugaise, sous couvert de certificats A1.
En 2016, la société française d’accueil a fait l’objet de contrôles de l’inspection du travail à la suite de la réception des déclarations de détachement déposées auprès de l’inspection du travail. S’en sont suivis des procès-verbaux de la DIRECCTE (désormais DREETS) et l’URSSAF Rhône Alpes et une citation directe de la société française et de son directeur général devant le tribunal correctionnel « du chef de travail dissimulé par dissimulation d’emplois salariés et pour s’être soustraits aux déclarations auprès des organismes sociaux et fiscaux au moyen d’un montage juridique frauduleux en ayant recours à des entreprises sous-traitantes, les sociétés portugaises».

Par jugement du tribunal correctionnel du 14 mars 2019, la société française a été condamnée à 25 000 € d’amende et son directeur général à 8 mois d’emprisonnement avec sursis et 10 000 € d’amende pour travail dissimulé. L’arrêt de la cour d’appel de Lyon du 30 juin 2021 a confirmé ce jugement. La société française et son directeur général se sont alors pourvus en cassation.

Si, dans les deux premiers moyens, les requérants contestent la régularité de la procédure et notamment l’intervention au procès pénal de l’administration à l’origine des poursuites ainsi que l’absence d’interprète lors des contrôles, ils contestent, dans le dernier moyen, leur condamnation pour travail dissimulé au motif qu’ils sont titulaires d’un certificat A1 qui n’a pas été invalidé par l’institution émettrice, la procédure de dialogue n’ayant d’ailleurs pas été respectée.

L’arrêt du 17 mai 2022 donne l’opportunité à la Cour de cassation de se prononcer d’une part sur la limitation relative de la valeur du certificat A1 en matière de Sécurité sociale (I.). En effet, le certificat A1 s’impose au juge national et peut être écarté uniquement en cas de fraude et à condition que l’institution émettrice ait été saisie ou, et c’est le principal apport de cet arrêt, en cas de faux matériel. D’autre part, cette affaire a permis à la Chambre criminelle de confirmer sa jurisprudence récente qui vient limiter de façon plus absolue la portée du certificat A1 en droit du travail
(II.).

I. La limitation relative de la valeur du certificat A1 en matière de Sécurité sociale


Le certificat A1 atteste de la législation de Sécurité sociale et permet à une entreprise étrangère qui envoie des salariés dans un autre pays de l’Union européenne de ne pas cotiser à la Sécurité sociale du pays d’accueil en maintenant les cotisations sociales dans le pays d’origine.

Lire la suite sur LEXBASE.FR 

(sur abonnement)
L'article sera prochainement accessible en PDF.
Si vous souhaitez être alerté par mail lorsque cela sera possible,
merci d'écrire à  : contact [at] vaughan-avocats.fr

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK