Iran/Europe : la guerre des Donald

Iran/Europe : la guerre des Donald

Publié le : 01/06/2018 01 juin juin 06 2018

Bruno Courtine, Associé chez Vaughan Avocats, livre son regard sur le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. Le 8 mai dernier à Sophia, Donald Tusk ouvrait le bal en disant de son homonyme de la Maison Blanche : « quand on a des amis comme ça, pas la peine d’avoir des ennemis ». Emboîtant le pas de l’ironie par l’escalade des menaces, Jean-Claude Junker dégainait quelques heures plus tard  la procédure officielle visant à activer la "loi de blocage", afin de contrecarrer les effets extraterritoriaux des sanctions américaines pour les entreprises européennes voulant investir en Iran. C’est blocage contre blocage. Tout le monde a bien compris que l’Amérique joue gros en misant sur l’asphyxie économique du pouvoir iranien, et le souci américain n’est pas tant celui de réduire la prolifération de l’arme nucléaire dans la région que de tout faire pour voir tomber le régime de Téhéran.  Pour les Européens, la doctrine était sans doute moins belliqueuse, faisant le pari d’un assouplissement du régime iranien contre son ouverture économique sur le monde. Or, en détournant l’objet de l’accord, l’Amérique montre une nouvelle fois qu’elle ne peut être un partenaire de confiance, entrainant dans sa stratégie les entreprises qui ont joué le jeu de l’ouverture. J’étais, mardi 22 mai 2018, invité à Bruxelles par mes amis de Bourse & Bazaar, un think tank iranien animé par de brillants jeunes américano-iraniens très au fait de la situation des relations internationales. Autour de la table s’étaient pressés tout ce qui compte de la communauté des affaires irano-européennes, ainsi qu’une délégation iranienne en service commandé et bien décidée à faire entendre la voie de l’Iran dans ce concert d’incertitudes. Mais au fil des déclarations des uns et des autres, une idée semble vouloir pointer son nez et qui pourrait sans doute inspirer en coulisse la volonté affichée de nos gouvernants à vouloir sauver l’accord sur le nucléaire iranien : Messieurs, rassurez-nous ! Rassurez-nous en mettant en place une licence d’exportation européenne qui permette aux entreprises européennes qui opèrent en Iran de ne pas subir les foudres de l’OFAC (Office of Foreign Assets Control) et des services du trésor américain. Rassurez-nous en nous permettant de traiter en euros avec nos banques, pour nous permettre d’investir et de gérer nos flux financiers pour nos opérations en Iran. Rassurez-nous en nous garantissant, moyennant des enquêtes poussées et certifiées par les services de l’Union Européenne, que nos contreparties iraniennes sont en conformité avec les règles américaines en matière de sanctions. Rassurez-nous en prenant en charge nos frais de défense en cas de conflit avec les autorités américaines, et couvrez-nous du risque de pénalités dès lors que nous aurons respecté nous même les règles qui nous sont imposées. Rassurez-nous en nous dotant d’institutions bancaires qui n’auraient pas à subir la pression des opérateurs américains et de leurs alliés des fonds souverains de certains pays du Golfe. Que coûterait le financement d’un tel risque face à celui de la prolifération certaine de l’arme nucléaire dans la région, si vous ne parvenez pas à sauver la signature que vous avez apposée sur l’accord que vous estimez par ailleurs toujours respecté ? Quant à vous, Messieurs et Mesdames de la délégation iranienne (car il y en avait dans la salle), rassurez-nous en garantissant ces engagements par l’affectation d’une partie de vos revenus pétroliers à la sécurisation de tels engagements.

Bruno Courtine

Historique

  • Diminution des saisines des prud'hommes en 2017
    Publié le : 13/06/2018 13 juin juin 06 2018
    Revue de Presse
    Lundi 11 juin 2018 dans "C'est mon boulot", Philippe Duport intervenait sur la diminution du nombre d'affaires portées devant la justice du travail : un sujet au cœur de l'expertise de Paul van Deth, Associé chez Vaughan Avocats. Pour l'année 2017, le Rapport annuel de la performance de la mis...
  • Pas de neutralisation de la QPFC pour les filiales extracommunautaires des groupes européens
    Publié le : 12/06/2018 12 juin juin 06 2018
    Revue de Presse
    Pour Lexbase, Lionel Agossou revient sur la décision n° 2018-699 du Conseil constitutionnel, rendue le 13 avril 2018, portant sur l'application de la quote-part de frais et charges (QPFC) afférente aux produits de participation perçus d'une société établie en dehors de l'Union européenne (UE)....
  • Vaughan Avocats classé dans Décideurs - Droit de l'Internet
    Publié le : 08/06/2018 08 juin juin 06 2018
    Classements
    Dans l'édition 2018 de son classement "Droit de l'Internet", Décideurs distingue Vaughan Avocats pour sa pratique réputée.  Vaughan Avocats intervient en droit de l'Internet pour conseiller les entreprises et startups : aussi bien lors de l’analyse, rédaction et négociation de leurs contrats,...
  • Vaughan Avocats recrute à Toulouse en droit social
    Publié le : 07/06/2018 07 juin juin 06 2018
    We are vaughan
    Vaughan Avocats recherche pour son bureau toulousain un(e) Avocat(e) Junior en droit social afin d'étoffer son département dédié.   Intéressé(e) ? Découvrez tous les détails de l'offre en cliquant ici.
  • Iran/Europe : la guerre des Donald
    Publié le : 01/06/2018 01 juin juin 06 2018
    Domaine d'expertise / International
    Bruno Courtine, Associé chez Vaughan Avocats, livre son regard sur le retrait unilatéral des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. Le 8 mai dernier à Sophia, Donald Tusk ouvrait le bal en disant de son homonyme de la Maison Blanche : « quand on a des amis comme ça, pas la peine d’av...
  • Fabrice Perruchot référencé comme avocat médiateur par le Barreau de Paris
    Publié le : 31/05/2018 31 mai mai 05 2018
    We are vaughan
    Fabrice Perruchot, Associé chez Vaughan Avocats, est désormais inscrit sur la Liste des avocats référencés aux modes amiables du Barreau de Paris, qui compte aujourd'hui une soixantaine d'avocats médiateurs parisiens. Avocat en droit social, Fabrice Perruchot a obtenu la certification de Média...
<< < ... 25 26 27 28 29 30 31 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.